Le Rhodon en marche vers l’éco-mobilité ?

 

  ECOMOBILITE 

Se déplacer de manière respectueuse de l’environnement et des autres, en utilisant le moins possible la voiture.

p1020439.jpg
La mise en place du Pédibus et son bon fonctionnement  dans le Rhodon démontrent aujourd’hui un réel intérêt à se déplacer autrement qu’en voiture, au sein d’un quartier;

Nous avons effectivement pu observer le matin, des files indiennes d’enfants aux gilets jaunes se rendant à l’école à pieds, accompagnés de quelques adultes. Cette initiative récente  permettra, au fil des années, de sensibiliser les plus jeunes  et nous,  leurs parents, aux déplacements doux .

Mais sa pérennité  dépend  des  bénévoles accompagnateurs et  reste par conséquent fragile. En outre et plus généralement, bien que la topographie et la configuration des rues du quartier soient propices aux déplacements doux,  les aménagements d’un autre temps, et les mauvaises  habitudes ne permettent pas aujourd’hui de se sentir en sécurité sur la voie publique  ; je pense en particulier aux enfants et aux personnes âgées.

Ainsi, le Rhodon  doit évoluer  vers plus d’équilibre entre les déplacements doux  et la circulation des véhicules motorisés, générant ainsi une vie locale plus gaie, plus riche, à travers les rencontres au détour des rues, chose impossible en voiture. Attention, soyons clair, il ne s’agit pas d’être pour le   » tout vélo ou le  tout piéton « , il s’agit simplement que chacun puisse se déplacer sur  la voie publique en toute sécurité, et de façon apaisée.

TOLERANCE 

 MIXITE DES MODES DE DEPLACEMENT

  30KM/H

Je suis de celles et ceux qui pensent qu’il est  possible de se partager l’espace public, notamment grâce à des outils et des aménagements spécifiques proposés par les instances supérieures (- l’Europe, - le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer). Le site http:/www.ruedelavenir.com  vous éclairera sur la notion de partage de la voirie, sa pédagogie ayant fait ses preuves.

La Municipalité devrait se saisir de ces outils pour garantir les conditions de sécurité et de convivialité indispensables à la cohabitation de TOUS  les usagers dans une même  rue, pour  favoriser  ainsi le Mieux Vivre Ensemble. Le partage de l’espace public  nécessite  donc  de réfléchir à comment aménager nos rues pour prendre en compte l’ensemble des usagers, à travers une politique générale de développement durable.

Agathe Becker,

Présidente de l’AHQR .

 


Répondre

CCGP |
Terralliance |
filalanaasso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amicale des Italiens de Nou...
| MABOUO EN MARCHE
| FCPE du collège Boris Vian